69673507_2675300895835428_3650687820386795520_n

Christelle Brault & Evelyne Béché – Chœur de l’université du Mans

Parlons du chœur de l’université du Mans et plus particulièrement d’une actualité surprenante : un Requiem for the Living !


En quelques mots, pouvez-vous nous représenter le Chœur Universitaire du Mans ?

Le Chœur de l’Université du Mans a été créé en 1987, et il est dirigé depuis 1993 par Evelyne Béché. Il compte une bonne centaine de choristes, dont beaucoup sont d’anciens étudiants. Il y a quelques personnels et étudiants et des membres extérieurs. Il est accompagné au piano par Dimitri Negrimovski.

Le répertoire du Chœur est varié,  allant de l’époque Renaissance à nos jours : classique (Messa di Gloria de Puccini, Gloria de Vivaldi, Requiem de Fauré, etc.), gospels, jazz, musiques du monde, musiques de film (West Side Story de Bernstein, le Roi Lion…). Il se produit, soit a capella, soit avec accompagnement au piano par son pianiste attitré, soit avec orchestre.

Les Negro spirituals ont tous été arrangés pour le Chœur par sa Marraine, Rhoda Scott (l’Organiste aux pieds nus). A ce jour, six concerts ont été donnés  avec cette grande spécialiste de l’orgue Hammond, dont deux l’année dernière (l’un en septembre 2018 à la Cathédrale de Sée et l’autre en décembre 2018 à l’église Ste-Thérèse au Mans).

Les dernières œuvres au répertoire du Chœur de l’Université sont :

– Messe de l’Homme Armé de Karl Jenkins, avec l’orchestre parisien de cuivres et percussions Brassage Brass Band, dirigé par Mathias Charton, trois fois en juin et octobre 2010, au Mans et à Paris,

– Un requiem allemand de Johannes Brahms, dans la version dite “de Londres” avec deux pianos (Dimitri Negrimovski et Boris Bouchevreau aux pianos), octobre 2011 à l’abbaye de l’Epau, puis en avril 2012 à la cathédrale du Mans,

– Les musiques de films de John Williams, avec le Brassage Brass Band, dirigé par Mathias Charton,

– Gloria de Rutter avec une partie du Brassage Brass Band et Boris Bouchevreau à l’orgue, à l’abbaye de l’Epau, juin 2013,

– Requiem de Jenkins avec ensemble orchestral,  à l’abbaye de l’Epau, juin 2014,

– Misatango de Martín Palmeri, avec la chorale Emichante, janvier 2015 au Carnegie Hall (New-York, direction Pablo di Mario), mai 2015 à l’abbaye de l’Epau (Le Mans, direction Evelyne Béché avec le compositeur au piano) et février 2017 au Wiener Konzerthaus (Vienne, direction Saul Zaks),

– Requiem de Mozart (complété par R.D. Levin) avec orchestre à l’église St-Aldric au Mans, juin 2017.

– Messe en sol majeur de Schubert avec orchestre (direction Evelyne Béché), avec la chorale “A Cœur Joie au Clair Matin” dirigée par Vincent Cottereau, à l’église Ste-Thérèse au Mans, juin 2018.


Parlons maintenant de votre actualité et de Requiem for the Living, présentez-nous cette œuvre ?

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un Requiem pour les vivants, composé par un jeune compositeur américain de 41 ans, Dan Forrest. C’est une œuvre à la fois moderne et classique, composée en 2013, et qui forme un récit tout autant pour les morts que pour les vivants avec leur propre lutte contre la douleur et le chagrin. Il y a tous les mouvements traditionnels (Introit, Kyrie, Agnus Dei, Sanctus, Lux Aeterna) mais pas de Dies irae : à la place un “Vanitas vanitatum”, avec des textes bibliques qui parlent de la tourmente et du chagrin auxquels l’humanité est confrontée, tout en évoquant le Dies Irae au travers d’allusions musicales et textuelles.

Ce Requiem sera interprété avec un orchestre de 20 musiciens, le samedi 19 octobre à 20h30 à l’église St-Liboire au Mans (rue Rhin et Danube)


Son compositeur, Dan Forrest, est américain…

oui, il est jeune, 41 ans, déjà plein de récompense pour ses œuvres, classiques, dont beaucoup d’œuvres religieuses, mais pas seulement. D’ailleurs nous chantons au cours du concert une autre de ses œuvres, beaucoup plus courte, pour chœur, violoncelle et piano : Come to Me (venez à Moi). Et comme tous les jeunes compositeurs de cette génération, il est facilement accessible. Je voulais par exemple savoir si, dans l’Agnus Dei, il préférait une voix de jeune garçon ou une voix de soliste femme, car il indiquait sur la partition “boy soprano or female soprano”. Nous lui avons écrit et il a répondu très rapidement et simplement qu’il préférait un “boy soprano”. C’est ainsi que Gabriel, le fils de Christelle Brault, qui a 11 ans, va chanter en soliste avec sa maman !


Comment avez-vous eu l’idée de choisir cette œuvre ?

J’écoute beaucoup de musique, de tous les styles, et j’aime bien faire des œuvres pour lesquelles j’ai un coup de cœur et qui ne sont pas les mêmes œuvres que l’on entend toujours. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas adoré faire le Requiem de Mozart par exemple, mais j’aime aussi découvrir et faire découvrir des compositeurs contemporains. Cela a été le cas de Martín Palmeri avec la misatango, Karl Jenkins avec la Messe de l’Homme Armé puis son Requiem, et maintenant Dan Forrest. Et nous chantons aussi une pièce courte, chœur et piano, intitulée “Jubilate Deo” de Peter Anglea, dont, coïncidence, Dan Forrest a été le mentor à l’université.


Combien d’artistes seront sur scène, comment avez-vous préparé ce projet ?

Plus de cent choristes, dont plusieurs étudiants qui sont arrivés tout juste à la rentrée universitaire, et qui ont déchiffré l’œuvre en quelques semaines…

Nous avons commencé à déchiffrer le Requiem en janvier 2019, juste après le dernier concert avec Rhoda Scott, et en parallèle, j’ai choisi mon orchestration (il y a en effet 3 orchestrations possibles). Une fois dans le travail avec mes choristes, je n’écoute plus l’œuvre, je préfère avoir ma propre interprétation, ma propre musicalité. Après, concrètement, il y a toute une logistique qui se met en place, car accueillir 20 musiciens, cela ne s’improvise pas ! Ce sont tous des musiciens professionnels, venant de Paris, du Mans, de Tours, etc. Nous allons retrouver avec plaisir certains que j’ai eus dans plusieurs œuvres déjà, et faire la connaissance d’autres.


Evelyne Béché, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 57 ans, j’ai fait toutes mes études au Conservatoire du Mans (à l’époque c’était l’ENM), d’abord en saxophone, c’est mon instrument de prédilection : mon papa était saxophoniste et j’ai débuté la musique à 5 ans dans l’harmonie de mon village. Je suis entrée à 9 ans au Conservatoire du Mans, et j’ai été diplômée à 18 ans. J’ai eu envie de faire du chant, et après j’ai eu envie de diriger un chœur, d’abord à Saint-Saturnin (à peu près au même moment que j’ai créé l’école de musique de St-Saturnin), puis j’ai été chef de chœur à Parigné l’Evêque, à l’Université du Mans, à St-Calais (à l’école de musique, chorale Emichante), Vibraye, Arnage (à l’école de musique, chorale Mille Accords), et j’ai eu plusieurs chœurs d’enfants. Il y a un an j’ai pris la direction de Coro-Favorito à La Ferté-Bernard. Et sinon je continue à donner des cours particuliers de saxophone et de chant.


Site Officiel – http://www.choeur-universite-du-maine.fr/
Évènement – https://www.facebook.com/events/469690153844361/
Site Officiel (Evelyne Béché)- http://evelynebeche.fr/